Etude sociologique sur la décision de rénovation énergétique en copropriété (thèse 2011)

Afin de faciliter la lecture de la thèse que j’ai soutenue en 2011 « Les conditions sociales et organisationnelles du changements des pratiques de consommation d’énergie dans l’habitat collectif » je vous propose de retrouver son contenu dans des documents séparés plus faciles à appréhender. Chaque partie de ma thèse correspond à une étude à part entière avec une enquête de terrain sur un sujet spécifique. Le document que vous pouvez retrouver ci-dessous est la deuxième partie de la thèse qui porte sur les les jeux d’acteur et le processus de rénovation thermique dans les copropriétés.

Télécharger la partie sur la décision de rénovation en copropriété (211 pages)

Résumé

Cette partie de la thèse aborde la question de la décision de travaux d’économie d’énergie à travers des cas de copropriétés avant-gardistes déjà engagées dans cette démarche. Elle met en lumière que les syndics n’ont pas intérêt à s’investir dans un tel projet dont le moteur est l’engagement d’un copropriétaire « leader » qui contourne l’organisation formelle. Le vote positif des travaux dépend moins des majorités de vote que d’un long processus d’innovation qui comprend des étapes préparatoires (optimisation de la régulation, audit énergétique) et un lourd travail de montage de projet (communication, recherche d’entreprise, financement, préparation de l’AG). Au final, les choix techniques de la rénovation ne correspondent ni à un optimum technico-économique ni à des modèles standards, mais à des solutions acceptables par les copropriétaires et adaptées aux singularités de l’immeuble.

Etude sociologique sur la gestion du chauffage en HLM : un vecteur d’économie d’énergie ? (thèse 2011)

Afin de faciliter la lecture de la thèse que j’ai soutenue en 2011 « Les conditions sociales et organisationnelles du changements des pratiques de consommation d’énergie dans l’habitat collectif » je vous propose de retrouver son contenu dans des documents séparés plus faciles à appréhender. Chaque partie de ma thèse correspond à une étude à part entière avec une enquête de terrain sur un sujet spécifique. Le document que vous pouvez retrouver ci-dessous est la deuxième partie de la thèse qui porte sur les pratiques de chauffage et la construction sociale du confort thermique.

Télécharger la partie sur la gestion du chauffage en HLM (128 pages)

Résumé

Cette partie de la thèse analyse le système d’acteur de la régulation du chauffage  en HLM pour comprendre les dysfonctionnements vécus par les locataires sociaux, notamment en chauffage collectif (panne, surchauffe…).  Les bailleurs sociaux se concentrent sur le plus urgent (les « épaves thermiques »), ce qui est obligatoire (BBC) et valorisant (EnR) mais délaissent le pilotage, la maintenance et la modernisation des systèmes de chauffage de la majorité du parc. Alors que l’optimisation de la régulation est source de confort et constitue un gisement potentiel d’économies d’énergie, elle est prise dans un « jeu de défausse » qui détourne les acteurs de cet objectif. Les actions entreprises par les bailleurs sociaux (baisse des températures, équilibrage du réseau, individualisation des charges) ont une efficacité limitée car elles se heurtent à une organisation qui segmente les interventions sur le chauffage et focalise le coût du changement sur un seul acteur. Le dernier chapitre traite de la question de la maintenance du chauffage individuel au gaz.

Interview sur la rénovation thermique en copropriété par Senova (Juin 2013)

SENOVA, un bureau d’études thermiques, dynamique et innovant, tient plusieurs blogs d’information dont l’un traite en particulier de la rénovation thermique en copropriété. Ils m’ont interviewé sur le sujet, vous pouvez retrouver l’interview en cliquant ici.

De la recherche à l’action dans la rénovation énergétique des copropriétés (2013)

L’Agence Parisienne du Climat a réalisé une fiche de « bonnes pratiques » sur la rénovation d’une copropriété parisienne auprès de laquelle je me suis engagée en  2010. Dans le cadre de ma thèse de sociologie j’ai consacré une enquête à la rénovation énergétique des copropriétés franciliennes qui a permis d’identifier le rôle central du « leader énergétique ». Suite à cette étude j’ai eu envie de passer à l’action en m’impliquant auprès d’une copropriété dans laquelle un de mes parents est propriétaire.

J’interviens ainsi depuis 3 ans auprès du Conseil Syndical et des copropriétaires qui avaient déjà engagé un audit énergétique. Nous avons réalisé ensemble l’isolation de la toiture et le remplacement de la chaudière gaz par un modèle à condensation. Je réfléchis actuellement aux moyens de monter un projet de « ravalement thermique », avec isolation par l’extérieur et changement des fenêtres.

CLER-infos consacre un numéro à la Sociologie de l’énergie

Le CLER publie tous les deux mois un magazine destinés aux acteurs de terrains de la transition énergétique et notamment des conseillers info-énergie. Le numéro de janvier 2013 consacré à la sociologie de l’énergie est désormais en ligne.

Le dossier comporte trois articles et constitue une bonne entrée en matière pour sensibiliser à cette approche de la transition énergétique :

  • Marie-Christine Zélem et Christophe Beslay discutent les projets techniques dans le bâtiment et la figure du consommateur d’énergie qu’ils dessinent.
  • Stéphane Labranche et Odile Joly décortiquent la campagne Famille à Energie Positive qui rencontrent un grand succès actuellement.
  • Mon article met en lumière le rôle central des acteurs intermédiaires entre le système (Etat, marché…) et le consommateur final, avec l’exemple des leaders énergétiques en copropriété.

Merci au CLER d’avoir mis en avant ces travaux qui offrent une perspective originale sur la transition énergétique à l’heure du débat national.