Approfondir la connaissance des usages des bâtiments performants : le cas de Bruxelles

En 2016 j’ai remporté un appel d’offre en belgique qui m’a permis d’approfondir ma compréhension des usages des bâtiments performants. Il s’agit d’une demande de Bruxelles Environnement, l’équivalent en France de l’ADEME pour la Région Bruxelles Capitale. Pour y répondre, je me suis associé avec le cabinet d’études Méthos (Lionel Ochs) ainsi que Julie Neuwels et Elisabeth Defreyne, tous trois basés sur place. Je vous livre ici la synthèse de l’enquête ethnographique sur les usages des logements passifs bruxellois que nous avons mené en interviewant les habitants et les professionnels de quatre opérations de constructions neuves. Je remercie Bruxelles Environnement et Méthos pour leur aimable autorisation de diffusion.

En commençant ce terrain bruxellois j’ai fait l’hypothèse de différences culturelles entre français et bruxellois dans l’appropriation des bâtiments neufs. En réalité elles sont apparues moins prégnantes que les caractéristiques du contexte institutionnel et organisationnel. La Belgique recèle une variété étonnante de réglementations thermiques puisque chacune des trois régions (wallonne, flamande, bruxelloise) édicte la sienne. Les acteurs du logement se présentent différemment, avec une part de propriétaires moins importante et un marché de la location moins binaire qu’en France, symbolisée par l’existence de « logements moyens ». L’administration publique est plus intégrée ce qui donne davantage de leviers d’action : la réglementation, les subventions, la communication et les études sont rassemblés au sein d’une même entité, notre commanditaire.

Campagne de communication bruxelloise lors de la sortie de la réglementation sur le « passif »

Le modèle technique du bâtiment performant bruxellois dit « HPE » (haute performance énergétique) est comparable au modèle français du BBC (bâtiment basse consommation). Au niveau des usages j’ai retrouvé un grand nombre des constats que j’avais réalisé en 2012 lors de mon enquête en Rhône-Alpes sur les bâtiments qui ont anticipé l’arrivée de la RT2012. En substance, un décalage entre l’habitat et l’habiter, autrement dit entre ces nouvelles techniques et les habitudes des occupants. Toutes la question est de savoir comment se résout ce décalage : en négatif par des convecteurs, des clim’ et des réclamations ; ou en positif par une dynamique d’ajustements mutuels du bâtiment et des habitants soutenue par les professionnels (+)

Toutefois, le cas bruxellois nous a permis, avec mes confrères, d’apporter de nouvelles clés de compréhension des problèmes qui se posent dans l’expérience vécue des bâtiments performants. D’une part une segmentation plus fine des attitudes des habitants vis-à-vis des technologies HPE. Elle est structuré par le rapport à la technique et l’autonomie vis-à-vis de l’éco-système des professionnes (voir schéma). D’autre part, les paramètres de cet éco-système qui génèrent des difficultés dans l’appropriation des HPE : des visions stéréotypées des habitants, des dispositifs d’accompagnement trés tâtonnants, la quasi-absence d’interactions entre les acteurs de la production et de l’usage, des dysfonctionnements techniques persistants qui focalisent l’attention, une insuffisante anticipation de la maintenance notamment des VMC…

L’étude a mis en avant le rôle pivot des « facilitateurs » dans dans la résolution durable de ces problèmes. Ils ont des profils variés, habitant ou professionnel : habitant architecte, gardien, assistante sociale… Ils interviennent en marge de leur rôle officiel, mais cette fonction de médiation socio-technique est insuffisamment valorisée et outillée. Une expérience a permis de tenter la professionnalisation de cette fonction de facilitateur à l’échelle d’un quartier (voir vidéo ci-dessous et diaporama). L’association Bonnevie qui a accompagné les habitants d’un premier immeuble passif les mobilisent désormais comme des « ambassadeurs du passifs ». La, facilitatrice professionnelle organisent des échanges entre ces « ambassadeurs’ et les habitants des nouveaux immeubles, et elle fait le lien avec les organismes de logements et institutions locales. On se rapproche ainsi de ce que l’on voit se développer en France sous le vocable d’Assistance à Maîtrise d’Usage (AMU).

Laisser un commentaire

Required fields are marked *.