Introduction et conclusion d’une thèse de sociologie sur les économies d’énergie dans l’habitat collectif (2011)

Afin de faciliter la lecture de mon travail de thèse soutenue en 2011 « Les conditions sociales et organisationnelles du changements des pratiques de consommation d’énergie dans l’habitat collectif  » je vous propose de retrouver son contenu dans des documents séparés plus faciles à appréhender. Chaque partie de ma thèse correspond à une étude à part entière avec une enquête de terrain sur un sujet spécifique. Le document que vous pouvez retrouver ci-dessous reprend l’introduction générale, la conclusion générale et la bibliographie.

Télécharger l’introduction, la conclusion et la bibliographie

Résumé

Cette thèse de sociologie est une élucidation des problèmes concrets posés aux acteurs par la réduction des consommations d’énergie dans l’habitat collectif. Le point de départ de la recherche est une interrogation sur le comportement des habitants qui constitue aujourd’hui une boîte noire, voire un point de blocage, des programmes de maîtrise de l’énergie (effet rebond, inefficacité du signal prix…). En contre-point des approches technico-économiques, la thèse propose une approche interactionniste de la consommation d’énergie, comme le résultat de la rencontre entre des pratiques domestiques, des objets techniques et des organisations sociales. Elle se place à deux échelles d’observation, d’une part une échelle microsociale avec une description ethnographique des « pratiques énergétiques » et en particulier des pratiques de chauffage ; d’autre part une échelle mésosociale, avec une analyse stratégique des organisations qui régissent les décisions et les modalités de gestion des immeubles.

La conclusion de la thèse invite à renverser le débat public sur les économies d’énergie dans l’optique d’un changement du rapport à l’énergie des habitants dans le bâtiment. La séparation entre les solutions qui relèvent du comportement (sensibilisation, information…) et celles qui relèvent de la technique (rénovation, infrastructure…) conduit à une impasse. L’action sur les économies d’énergie doit au contraire reposer sur l’observation des interactions entre les pratiques, la technique et les organisations. C’est en inventant de nouveaux modes de délibération impliquant davantage les habitants dans les choix concernant les immeubles, que l’on parviendra à faire évoluer conjointement les pratiques et les immeubles vers plus de sobriété énergétique.

 

4 leviers sociologiques de la transition énergétique au Grand Lyon et ailleurs… (Mai 2013)

Dans le cadre du Débat National sur la Transition Énergétique, le Grand Lyon m’a invité à participer à une table ronde : « Vers une ville sobre et efficace en 2050 », pour intervenir sur la place du citoyen dans ces changements. A travers deux enquêtes récentes dans cette agglomération, l’une sur l’usage des bâtiments basse-consommation et l’autre sur la campagne Familles à Energie Positive, j’ai eu l’occasion de découvrir la vitalité du territoire lyonnais en matière innovation énergétique. Il n’a donc pas été difficile d’illustrer par des exemples locaux mon intervention sur les principaux leviers sociologiques de la transition énergétique :

  • valoriser les pratiques de sobriété énergétique
  • diffuser la culture technique de l’énergie
  • soutenir les acteurs intermédiaires du changement
  • associer les citoyens à la transformation des infrastructures

Pour aller plus loin vous pouvez lire un article paru dans la Revue d’Urbanisme qui résume le débat, les actes sont aussi consultables, ainsi que l’intégralité de l’événement en vidéo.

Ci-dessous la vidéo de mon intervention (14 minutes)

Une interview croisée avec d’autres intervenants.

 

Thèse de sociologie sur les économies d’énergie dans les logements collectifs (2008 – 2011)

Les conditions sociales et organisationnelles du changement des pratiques de consommation d’énergie dans l’habitat collectif

  • Dirigée par Dominique Desjeux, Université Paris Descartes,
  • Financement CIFRE – GDF Suez,
  • Soutenue à la Sorbonne en Septembre 2011.

Résumé (2 pages)
Synthèse (8 pages)
Manuscrit (847 pages)

Cette thèse de sociologie est une élucidation des problèmes concrets posés aux acteurs par les économies d’énergie dans l’habitat collectif. Elle repose sur une démarche de recherche inductive menée à partir d’enquêtes de terrain auprès d’habitants et de professionnels de l’habitat et du chauffage. L’idée centrale est de montrer comment, au delà des facteurs techniques et économiques, la consommation d’énergie dans l’habitat est une construction sociale et organisationnelle. A partir d’une description ethnographique des pratiques domestiques entraînant une consommation d’énergie, et plus particulièrement des pratiques de chauffage, elle montre que les marges de manœuvre des habitants au niveau de l’espace domestique sont limitées par de nombreuses contraintes. L’analyse organisationnelle de la gestion du chauffage en HLM et de la rénovation énergétique en copropriété fait apparaître les conflits d’intérêt entre les acteurs professionnels au sujet des économies d’énergie. Une véritable réduction des consommations d’énergie devient possible quand les habitants ont la possibilité de participer aux choix collectifs concernant leur immeuble.