Retour sur les Journées de Sociologie de l’énergie (août 2015)

Les 2èmes Journées Internationales de Sociologie de l’Énergie qui se sont tenues à Tours début juillet ont dépassé les espérances des organisateurs, malgré une chaleur torride ! Au niveau quantitatif, 160 communicants et 350 participants reflétant le succès croissant de cette approche de l’énergie mais aussi la diversité des publics intéressés qui va au delà des chercheurs : collectivités territoriales, industriels, distributeurs, consultants, associations, architectes et bureaux d’études… Au niveau qualitatif surtout, un foisonnement d’idées nouvelles et d’échanges fructueux sur les multiples thèmes touchant à l’énergie, ainsi que de nombreuses rencontres croisées entre chercheurs et professionnels. En guise de bilan personnel je souhaiterais mettre en avant 2 points qui marquent pour moi la réussite de ces journées.

Premièrement, la matinée consacrée aux enjeux de l’usage de l’énergie a sans conteste été le principal temps fort du colloque à double titre. D’une part, il me semble assez inédit qu’au cœur d’un colloque académique la parole soit donnée aux acteurs sociaux qui portent la demande de sociologie de l’énergie. Lors des deux tables rondes rassemblant des industriels puis des acteurs des territoires, ces « usagers » de la sociologie de l’énergie ont pu exprimer les enjeux qui les poussent à faire appel à cette discipline. A travers des exemples concrets de recherche ou d’étude, ils ont expliqué comment se construit la valeur d’usage de ces connaissances dans leurs organisations mais aussi les limites des interventions des sociologues. Un grand merci aux 10 participants à ces tables rondes de s’être prêtés au jeu !

La table ronde des acteurs du marché animée par Dominique Desjeux

Photo JISE Table ronde

Photo de Philippe MalleinD’autre part, cette matinée a été introduite par une conférence de Philippe Mallein (télécharger le texte), qui a été l’un des principaux initiateurs de la sociologie des usages en France et dont les travaux de recherche appliquée ont accompagné toute la transition numérique depuis les années 70. Son intervention a été riche d’analogies avec la transition énergétique car dans les deux cas il s’agit bien d’innovation. Nous retiendrons en particulier la distinction qu’il propose entre deux logiques de conception : recherche de performance techno-sociale versus cohérence sociotechnique. Ainsi que sa conclusion pleine d’humour s’appuyant sur une BD des Bidochon au prise avec les contraintes d’usage des ampoules basse-consommation.

Le deuxième élément marquant de ces Journées est pour moi la participation de nombreux professionnels au colloque. D’abord par leur présence dans le public : lorsque je posais la question en atelier les chercheurs étaient toujours minoritaires. Ensuite par leur participation intense et constructive aux échanges qui suivaient les communications. Enfin et surtout, par les communications que certains professionnels ont réalisées au titre d’un exercice de réflexivité sur leur propres pratiques à partir d’une intégration des recherches en sociologie. Cela montre que la diffusion de la sociologie de l’énergie ne passe pas exclusivement par l’exposé de ses résultats bruts mais par une appropriation de son approche et de ses méthodes par les professionnels eux-mêmes.

A titre d’illustration, j’ai eu l’occasion d’animer un atelier où aucun des intervenants n’était sociologue : « Des méthodes pour accompagner ». Chacun d’entre eux a exposé la façon dont la sociologie de l’énergie a été la base d’un renouvellement de leurs pratiques professionnelles. A gauche sur la photo, Pascal Lenormand, ingénieur thermicien, a expliqué la remise en cause épistémologique que représente la prise en compte de la dimension subjective et interactive du confort. Au milieu, Ludovic Gicuel, a illustré l’émergence du nouveau métier qu’il pratique comme Assistant à Maitrise d’Usage. A droite, Marika Frenette et Delphine Saint- Quentin ont exposé leur méthodologie de conception participative et ses fondements.

Les communicants de l’atelier « Des méthodes pour accompagner »

Photo JISE Atelier accompagnementA côté de ces points forts, quelques pistes de progrès peuvent être évoquées même s’il reste difficile de concilier les attentes d’un public très divers. Il en ressort la possibilité d’afficher plus clairement le positionnement du colloque sur le dialogue chercheurs – professionnels (plutôt que l’aspect international). Ce choix permettrait alors d’adapter le format en distinguant clairement des temps académiques et des interfaces de traduction  proposant des modalités d’animation plus interactives. Nous vous donnons rendez-vous en 2017 pour les 3èmes JISE, vraisemblablement en région parisienne,  afin de poursuivre ensemble cette passionnante aventure.

Laisser un commentaire

Required fields are marked *.