L’idéal-type du rationnement technique des usages de l’énergie à travers le cas des résidences sociales

Dans le cadre de ma participation au Master IBD de l’Ecole des Ponts j’ai eu la chance d’accompagner la réalisation d’une thèse professionnelle d’une exceptionnelle qualité. Elle a été réalisée par France Michel, dans le cadre de son poste à l’UNAFO, la fédération des acteurs du logement accompagné (résidences sociales). La qualité de ce travail démontre que les acteurs sociaux peuvent trés bien s’approprier l’approche et les méthodes des sciences humaines et sociales pour produire des analyses sociologiques tout à fait pertinentes. Plus encore, leur connaissance du terrain devient un atout précieux à la fois pour mener l’enquête et pour accéder à la compréhension des logiques d’acteurs, à condition d’adopter une posture distancié.

Cette enquête sociologique aboutit à plusieurs résultats importants sur le sujet des économies d’énergie dans les bâtiments. Celui qui m’a le plus marqué est la mise en lumière du rationnement technique des usages rendu visible par le contexte particulier des résidences sociales. France Michel le définit comme des « un bridage des usages par actions de limitation matérielle ayant pour but de stopper les consommations« , où une stratégie d’encadrement des pratiques incorporées dans la technique elle-même. Loin d’être exclusif au logement accompagné, j’ai pu constater que ce régime d’économie d’énergie est présent de manière beaucoup plus générale, que ce soit à travers la définition d’une température de consignes en chauffage collectif ou l’installation de serrure sur les fenêtres dans le cadre d’un CPE dans une école.

Je vous invite à prendre connaissance de ce travail qui vous fera connaitre l’univers particulier des résidences sociales sous l’angle des économies d’énergie.

  • Il démontre d’abord  la diversité des profils de locataires, le fait qu’il faut considérer les professionnels comme des usagers, et que la résidence et ses techniques comme un acteur à part entière de la situation.
  • Ensuite, France Michel décrit l’idéal type du rationnement technique dans ses différentes modalités, les représentations sous-jacentes sur le « gaspillages » et la « responsabilisation » des locataires.
  • Enfin, elle détaille les stratégies pour dépasser ce régime : plus individuelle avec l’information et la sensibilisation, plus collective en s’appuyant sur les temps de vie de la résidence. Celle qui semble avoir la plus grande portée est organisationnelle avec la mise en place d’un processus intégré et transversal centrée sur la gestion énergétique et les usages.

Vous pouvez télécharger :

Laisser un commentaire

Required fields are marked *.