Etude sur la filière immobilière et la rénovation énergétique (2017)

Avec Viviane Hamon (VHC) et Bérénice Le Fur (Batitrend), ainsi que l’aimable autorisation de la région Auvergne Rhône-Alpes (AuRA), nous publions une étude sur le rapport de la filière immobilière à la rénovation énergétique. Elle s’inscrit dans le cadre d’une mission d’accompagnement des PTRE (plateformes territoriales de la rénovation énergétique) pour la Région AuRA qui nous avait conduits à publier précédemment un état de l’art et à déconstruire les idées reçues sur la rénovation énergétique. Ce bilan a mis en lumière que les professionnels de l’immobilier sont à la fois une zone d’ombre de la recherche et un angle mort de l’action des pouvoirs publics en matière de rénovation énergétique.

Pourtant les professionnels de l’immobilier (syndics, notaires, agences immobilières) sont deprescripteurs incontournables pour les ménages décideurs de rénovation (énergétique ou non) dans l’habitat privé. Tout d’abord, ils sont présents à l’occasion des transactions, un moment particulièrement propice pour mener des travaux d’ampleur. Ensuite, ils sont les seuls à pouvoir influencer les propriétaires bailleurs auprès desquels ils assurent un rôle de conseil et font parfois la gestion. Enfin, en tant que syndics de copropriétés, ils restent les professionnels référents pour les décisions qui concernent les immeubles.

 

Afin de mieux comprendre les représentations et les pratiques de ces professionnels vis-à-vis de la rénovation énergétique nous avons réalisé une série de mini-enquêtes en région Auvergne Rhônes-Alpes. Par des entretiens approfondis avec des professionnels de terrain ainsi qu’avec leurs associations professionnelles. Par des observations comme des visites mystères avec des agents immobiliers, afin de recueillir leur discours sur l’énergie. Nous sommes également allés à la rencontre de syndics impliqués dans des projets de rénovation énergétique afin de dépasser le constat déjà connu de l’atonie de la profession sur le sujet.

L’étude souligne que prescrire la rénovation énergétique ne va pas de soi pour ces professionnels car au premier abord ils n’y ont pas intérêt : l’agent immobilier ne veut pas faire fuir l’acheteur avec de gros travaux, le notaire ne veut pas être pris pour un commerçant et le syndic ne veut pas prendre le risque de se mettre à dos des copropriétaires. Pourtant la recherche met aussi en avant des leviers pour convaincre ces professionnels de prendre leur place dans ce grand chantier de la rénovation énergétique : se différencier de la concurrence et se défendre face à l’ubérisation, jouer sa mission de « service public » et/ou un rôle dans la revalorisation du territoire, apporter une valeur ajoutée à ses clients à travers une vision patrimoniale de long terme….

Les résultats de ce travail ont été présenté lors de la session de décembre 2017 du Bureau du Plan Bâtiment Durable (PDB). Depuis plusieurs années, le PDB cherche à mobiliser les acteurs de l’immobilier à travers la signature de chartes (ex : charte des syndics« green deal » avec ORPI) . Par ailleurs, cette étude a débouché sur un groupe de travail avec les PTRE d’AuRA avec lesquelles nous allons développer des outils, en se basant sur les méthodologies du design de services, pour aider mobiliser les professionnels de l’immobilier. Plusieurs concepts à destination des professionnels sont également testés dans le cadre de la démarche Expérénos de l’ADEME et du PDB (ex : VEFA Réno).

 

Gageons qu’avec tout cela les acteurs de l’immobilier ne resteront pas longtemps en dehors du coup !

Laisser un commentaire

Required fields are marked *.