Etude sociologique sur les pratiques de chauffage et le confort thermique (thèse 2011)

Afin de faciliter la lecture de la thèse que j’ai soutenue en 2011 « Les conditions sociales et organisationnelles du changements des pratiques de consommation d’énergie dans l’habitat collectif » je vous propose de retrouver son contenu dans des documents séparés plus faciles à appréhender. Chaque partie de ma thèse correspond à une étude à part entière avec une enquête de terrain sur un sujet spécifique. Le document que vous pouvez retrouver ci-dessous est la deuxième partie de la thèse qui porte sur les pratiques de chauffage et la construction sociale du confort thermique.

Télécharger la partie sur les pratiques de chauffage et le confort (234 pages)

Résumé

Cette partie de la thèse est un focus sur les pratiques de chauffage qui représentent en moyenne 65 % de la consommation d’énergie domestique. Contrairement à l’idée selon laquelle les habitants choisiraient librement leur température de chauffage (19°C…), la recherche montre que le confort repose sur un système de pratiques thermiques dont le chauffage n’est qu’un des éléments. Les besoins en chaleur connaissent de fortes variations sociales et spatiales, et les habitants mobilisent toutes une série de pratiques non consommatrices d’énergie et low tech pour atteindre le confort : gestion de l’endothermie, de la circulation de l’air, et des sources annexes de chaleur. En réalité, les marges de manœuvre des habitants sur l’utilisation du chauffage apparaissent très réduites quelque soit le mode de chauffage. Cette analyse met le doigt sur le « chauffage central » comme norme sociotechnique qu’il est nécessaire de réinterroger dans l’optique d’une transition énergétique.

Laisser un commentaire

Required fields are marked *.