Communication sur la rénovation thermique des copropriétés (Toulouse, octobre 2012)

Voici la présentation et le résumé d’une communication que j’ai faîte lors des 1ères journées internationales de sociologie de l’énergie (programme), qui se sont tenues à Toulouse le 25 et 26 octobre 2012.

Comment se décide une rénovation thermique en copropriété ? Un nouveau mode d’organisation comme condition de l’innovation

Présentation en PDF

Résumé :

L’objectif de cette communication est de montrer que la transition énergétique dans l’habitat collectif passe par une métamorphose de son mode d’organisation, à travers des cas de rénovations thermiques dans des copropriétés franciliennes. Dans ce segment de l’habitat, la décision de travaux possède la particularité de devoir être votée par une majorité des copropriétaires de l’immeuble, argument généralement convoqué pour expliquer son retard par rapport aux HLM. A travers une enquête de terrain auprès de 22 copropriétés avant-gardistes en la matière, nous avons mis en lumière que cette décision va de pair avec la mise en place d’un modèle de démocratie participative, qui vient compléter le mode de décision officiel basé sur la démocratie représentative.

Dans les copropriétés, le gestionnaire professionnel exerce un rôle de « tuteur légal » sur les copropriétaires, mais c’est en fait la prise d’initiative d’un copropriétaire, se positionnant comme « leader » du projet de rénovation, et contournant le pouvoir du syndic, qui rend possible sa concrétisation. L’innovation que représente la rénovation repose sur un travail d’intéressement des autres copropriétaires et la constitution d’un réseau d’acteurs professionnels compétents. Les choix techniques qui sont réalisés ne dépendent plus seulement d’une rationalité technico-économique abstraite mais repose sur la transformation des contraintes de la situation en opportunités visant à favoriser un vote positif des travaux.

Comment (1) Write a comment

Laisser un commentaire

Required fields are marked *.